* Le mot du jour : fire drill

9 octobre.

Aujourd’hui, exercice incendie (en anglais fire drill, prononcer « fayeur dril »). Ou plutôt, session-d’information-sur-les-règles-de-base-à-respecter-en-cas-peu-probable-mais-nonobstant-possible-d’incendie (merci de ne pas me demander la traduction de cette dernière expression).

Au cas où vous auriez un jour à assister à ce genre de chose, et où malencontreusement vous le manquiez (oubli/pas le temps/flemme/grippe/priorité au dodo/décès dans un feu de cuisine spontané), voici mon rapport sur ce que j’ai appris ce matin, non exhaustif mais le plus synthétique possible.

1) Apparemment il y a régulièrement des incendies à Cambridge. Dans le cas contraire, ils ne se donneraient pas la peine d’organiser ces petites réunions de 40 min, obligatoires pour tous les élèves, pour sensibiliser chacun à coups de powerpoints – ni de coller les instructions dans absolument tous les coins des logements fournis par les collèges.

2) Pourquoi éviter les incendies (oui, c’est vrai à près tout. Ca pourrait être rigolo, non ?) ?

Ca fait désordre. Il en va de la réputation du collège, merde, quoi.

Ca coûte cher. A chaque incendie, il faut refaire les pièces touchées par le feu, remplacer les engins brûlés (imaginez le prix à payer pour une cuisine !), nettoyer (tâche d’autant plus laborieuse quand il y a des cadavres) etc.

– Perte de confiance et dégradation de l’ambiance au sein du collège. Dans le cadre de la lutte contre la dépression et l’influence des sectes, le collège cherche à éviter aux étudiants les crises personnelles ou métaphysiques que pourraient engendrer de tels accidents.

– Le collège ne veut pas de mort sur la conscienceDans le pire des cas, il est nécessaire que les étudiants sauvent leur peau plutôt que leur I-phone. Se reporter à la raison n°1 pour laquelle il faut activement lutter contre les incendies.

3) Les causes principales d’incendies :

– la négligence des usagers

– les installations/appareils non adaptés/interdits

– la connerie des usagers

– le côté rebelle des usagers qui décident d’outrepasser les Règles Anti-Incendie

– les pyromanes (le bonhomme chargé de la présentation, qui n’est autre que John le Portier, nous fait savoir qu’il y en a 9 en liberté à Cambridge, connus des services de police, régulièrement arrêtés puis relâchés – sans doute pour pimenter la vie de cette petite bourgade sans histoires.)

4) Choses bonnes à savoir pour qui veut éviter les incendies :

– La cigarette, c’est le mal.

– Boucher les détecteurs de fumée en les emballant de scotch en mode momie, c’est encore plus le mal.

– Les cordons bleus qui oublient leur bacon sur une plaque, c’est le mal (et puis c’est pas beau de gaspiller la nourriture).

– Les fers à lisser abandonnés sur le lit, c’est encore le mal.

– Les cuiseurs à riz, c’est toujours le mal (ou pourquoi les Chinois sont trop nombreux à Cambridge).

Le cuiseur à riz, ce grand meurtrier.

– Les grille-pain laissés sans surveillance ont des tendances pyromanes (on ne dirait pas comme ça, mais essayez de les épier un de ces jours. Vous verrez comme d’inquiétantes lueurs étincellent dans leurs petits yeux pervers).

"MUA-HAHAHAHA !!!"

« MUA-HAHAHAHA !!! »

5) Réactions communes mais à éviter en cas d’alerte incendie :

Le nonchalant : « Fait ièch », encore un de leurs exercices à la noix. Bon, c’est pas tout ça mais j’ai un bol de Kellogs à bouffer ,moi. »

Le généreux (ou le « jamais sans mes potes ») : « Euh, Bébert ? … Bébert !! Bébeeeeeert ! Ben où t’es Bébert ? Y’a une alarme incendie là, faut p’têt qu’on sorte, non ? »

 L’étourdi : « M……… !!!!!!!!! Mon Ipod !!! Bon allez, m’attendez pas les gars, je reviens tout de suite ! »

Le héros/pompier en herbe : * empoigne un extincteur et s’en va asperger de mousse des flammes de 30 mètres *

La trouillasse : * se recroqueville dans son lit et presse un oreiller sur sa tête, dans l’espoir que l’alarme s’éteigne et que le feu s’éloigne *

Celui/celle qui a le sens des priorités : « Je termine juste d’appliquer mon mascara / mon sudoku / ce brillant paragraphe pour ma dissert’ et j’y vais »

« Pfff… ils ne pourraient pas la régler moins fort, cette fichue alarme ? Impossible de me concentrer, je vais encore faire des pâtés … »

Pour m’assurer que vous avez bien suivi ce petit exposé, je terminerai par un petit QQU (Quiz à Question Unique) :


Réponse : aucune de ces réactions n’est adéquate. Il faut – c’est pourtant simple ! – ouvrir toutes les fenêtres pour atténuer l’odeur de brûlé et se rapprocher de la source de fraîcheur la plus proche (frigo, douche en faïence, yéti).

Addendum : une lectrice a proposé une autre solution (pour ceux qui veulent périr avec classe) :

Telle Jeanne d’Arc je crie : « Puisque vous ne m’avez pas cru, vous m’aurez cuite ! »

*****

Word of the day: Fire drill

Today, there was a fire drill. Or rather, an information-session-on-the-basic-rules-to-follow-in-the-unlikely-yet-possible-event-of-a-fire.

In case you have to attend and unfortunately miss this kind of thing (forgot it/didn’t have time for it/flu/priority given to sleep/death from spontaneous ignition of kitchen appliances), here’s a short summary of what I learned this morning.

1) Apparently there regularly are fires in Cambridge. Otherwise, why would they take the trouble to organize these 40-minute meetings, compulsory for all students, to raise awareness of the issue with powerpoint presentations – and why would they stick fire instructions notices in literally every corner of every room of every college-provided accommodation?

2) Why must we avoid fires (’cause after all, that could be fun, couldn’t it??)

That would look fucked-up. The reputation of the college is at stake, so just don’t mess up with fire.
It’s expensive. Each fire implies redecorating all the rooms damaged by the fire, replacing the burnt devices (imagine the cost for a whole kitchen), cleaning up (which can prove to be hard work when there are corpses all about the place) etc.
Loss of trust and general degradation of the college morale. As part of the fight against depression and the influence of cults, the college seeks to spare students the personal or metaphysical crises such accidents may generate.
The college heads don’t want to have deaths on their conscience. If a fire should occur, students must save their hides rather than their Iphones. See reason n°1 above.

3) Main causes of fire:

– careless users
– inadequate/forbidden appliances
– moronic users
– rebellious users who decide to infringe the Fire Safety Rules

fuq
– arsonists. The guy in charge of the presentation, who was none other than John the Porter, had us learn that there were 9 of them freely frolicking about the town. They are already known to the police, regularly arrested and set free – supposedly to spice up the life of an uneventful town such as Cambridge.

4) Good to know (if you want to avoid fires)
– Smoking inside is evil.
– Covering smoke detectors by mummifying them with scotch-tape is even more evil.
– The would-be cooks who forget their bacon on the stove are evil (plus wasting food is sin)
– Leaving hair-straighteners on your bed is again very evil.
– Rice-cookers are Evil Incarnate (a proof that there are too many Chinese people in Cambridge)

The rice-cooker: a great murderer is hiding in your kitchen

The rice-cooker: a great murderer is hiding in your kitchen

– Toasters left unattended have pyromaniac tendencies (you might not expect it, but just try and have a spy on them one of these days. You may well glimpse the creepy glower in their wicked little eyes.

"MWAHAHAHAHA !!!"

« MWAHAHAHAHA !!! »

 

5) Common reactions to avoid in case of fire alarm

Careless: « Crap, it’s one of their stupid fire drills again. Well, anyway I still have a bowl of Kellogs to finish off. »
Generous (or: « never without my bros ») : « Eeer, Billy? … Billy! Biiiiilly!! Where are you buddy? The fire alarm is on, maybe we should be setting off now, huh, what do you think? »
Scatterbrained: « S***, my Ipod !!!! Ok guys, don’t wait for me, I’ll be right back ! »
Heroic/wannabe fireman: * grabs a fire extinguisher and sprays 100 ft flames with foam *
Gutless : * curls up in their bed and presses a pillow on their head, hoping the alarm turns off and the fire just goes away *
« Priorities first » : « I’ll just go ahead and finish putting on my mascara/doing this sudoku/writing this brilliant paragraph for my essay and I’ll get going.

"Pfff ... why must this bloody alarm be so loud? I just can't focus, I'll have mascara clumps again"

« Pfff … why must this bloody alarm be so loud? I just can’t focus, I’ll have mascara clumps again »

To make sure you have read this presentation, I’ll conclude with a short multiple-choice test:

Answer: none of the above is correct. Easy! You only have to open all the windows to reduce burning smell and get closer to the nearest source of coolness (fridge, earthenware tub, yeti).

Publicités