Jetlagged

Le mot du jour : time zone (« tahïm zohoune ») = fuseau horaire

L’autre jour,  ô fièvre et allégresse : première conférence à la Faculté d’Anglais ! Les choses sérieuses commencent enfin, moi qui commençais à penser que cette année à Cambridge ne serait que virées dans les pubs, soirées cupcakes et initiations à la zumba.

***

Froggie a le sens de l’organisation. Elle part donc une heure en avance, armée de deux cartes différentes, pour son premier cours qui a lieu aux petites aubes (11h) dans un amphi qui n’est pas dans la faculté même. Arrivée sur place, elle se demande si elle n’est pas arrivée par erreur dans une friche industrielle : le site est plus ou moins désert, à part quelques agents de service qui vaquent ça et là ; les bâtiments immenses et austères  ne semblent pas plus vivants ; les espaces en plein air qui les séparent sont atrocement nus et laids ; un vent glacial siffle sur une note sinistre ; au dessus d’un amas de conteneurs volette, gracieux et léger, un sac plastique éventré. (True story). Non loin, à travers la brume, perchée sur quelque invisible rameau croasse une funeste corneille : thrène de l’automne anglais (bon ok, là je m’emporte un peu).  Aucun hall et aucun réceptionniste.

Des locaux modernes et cozy.
Bienvenue au nouveau site de la Faculté d’Anglais de Cambridge !

Après avoir échoué dans le département des sciences et techniques et de la métallurgie puis dans celui d’anthropologie, Froggie demande son chemin à un agent. Puis à un autre. Deux étudiantes patientent dans le bâtiment – qui a une sale gueule de local technique – où elle aboutit ;  aucune d’entre elles ne sait où est la salle que Froggie recherche.

Elle tente de vérifier si par hasard il ne s’agit pas de la pièce derrière cette petite porte blanche. Petite porte qui s’ouvre à grand fracas sur un amphi qui a les dimensions d’un gymnase, et où a lieu une conférence. L’intrusion brutale de Froggie s’accompagne de la rotation d’une centaine de têtes intriguées, dans un silence où explose l’écho grotesquement sonore de la porte ouverte.

Oops.

 

C’est le bon amphi, la bonne conférence, au détail près que Froggie n’en a entre-aperçu que la fin, étant arrivée une heure trop tard.

Froggie aurait-elle dû demander après coup à l’un des étudiants s’il avait pris des notes ? Sans doute que non :

« Que faisiez-vous pendant la conf’ ?

– Ahem … Ben j’essayais de touver mon chemin … et avant ça, je pionçais.

– Vous pionciez ? J’en suis fort aise ! »


Eh bien, demerden sie sich, maintenant !

Plus tard, Froggie comprendra qu’au lieu de simplement avancer d’une heure l’horloge de son ordinateur, elle aurait dû changer de fuseau horaire, afin que l’emploi du temps interactif de la faculté ne fût pas réglé sur l’heure française. Eh ouais.

Image

Lors, Froggie, honteuse et confuse, jura, mais un peu plus tard, qu’on ne l’y prendrait plus. *

* D’ailleurs elle jura tout court, dans son plus beau français. NDLR

Publicités