Haïku pour l’écureuil aperçu dans mon jardin ce matin

Une onde grise

Se faufile sous le portail

Sautillante et gracieuse apparition

*

Squirrel C3

.

Nota : cet élan lyrique provoqué par un écureuil n’a absolument rien d’anglais. Si un Frenchie peut s’émerveiller de croiser (assez régulièrement d’ailleurs) ce petit rongeur, un Anglais n’en fera pas plus de cas – peut-être moins – que s’il s’agissait d’un chien. Un Londonien pourra même se plaindre de l’invasion de la ville par les écureuils, qui, entre nous, n’ont plus grand chose de sauvage. Ce sont de grosses petites bêtes dodues qui font semblant d’avoir peur quand on menace de leur marcher dessus, mais si l’évolution suit son cours actuel, elles iront bientôt grimper sur les passants pour leur piquer une poignée de chips.

En attendant, j’ai du mal à hausser les épaules quand je vois un écureuil traverser la rue pépère, hésitant en plein milieu de la chaussée sous les yeux d’une dizaine de badauds. 

.

.

.

Publicités