I’ll be back

Cher lecteur,

Cesse de te ronger les ongles jusqu’à l’os, respire un grand coup en position du ragondin des Pouilles et vas-t’en lire le journal de Mickey. Le syndrôme de sevrage passera. Sache que l’équipe de la rédaction (oui, nous sommes une équipe de un) fait au mieux pour pondre un article régulièrement, mais il se trouve que la période n’est pas la plus propice à l’écriture. Passer ses journées, comme c’est mon cas en ce moment, à se creuser la cervelle pour écrire un mémoire a des conséquences fâcheuses pour la tenue d’un blog :

1) On ne mène pas une vie trépidante. Les aventures qui ponctuent mes journées ne sont pas vraiment d’une espèce susceptible d’enthousiasmer le lecteur, du genre « hohoho, le documentaliste est allé chez le coiffeur, en voilà une coupe désopilante ! » ou « Vertuchou, l’article que je viens de trouver est absolument génial, j’en ai les oreilles qui frétillent ! ».

2) Etrangement, ça vous fait passer l’envie de scribouiller. Ou plutôt, ce n’est pas l’envie qui manque, mais à la fin de la journée, mon cerveau doit ressembler plus ou moins à un mollusque du cambrien passé au rouleau compresseur. (En revanche il semble que 3h12 soit une heure tout à fait appropriée pour qu’il se (re)mette à fonctionner à pleins tubes, l’enflure).

Tout ça pour dire que Froggie will be back soon.

Parole d’amphibien.

 

Image

 

Publicités